Mer indigne

Appel du SAMU: « un noyé va arriver! »

Inconscient est l’homme, à la dérive est son corps

La nature a repris, sans le moindre remords

La vie de son enfant, à peine marié

 

Lui, couché sur le brancard, les yeux grands ouverts

Moi, debout, à coté, les yeux écarquillés

Trempé qu’il est, de cet océan meurtrier

L’eau, dans ses poumons, a dégagé le bon air

 

Les larmes coulent à flots, saturant l’atmosphère

Des nuages s’installent et bouchent l’horizon

Les mots du médecin, la funèbre oraison!

Achèvent l’assemblée, mettant genou à terre

 

« Je ne veux pas le voir! Il avait quarante ans… »

Me dit-elle effondrée, me crie-t-elle blessée

« Je souhaite l’embrasser », vient-elle me chercher

Nous marchons lentement dans cette haie de blancs

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s